Welcome in Bolivafrica…

J’aime lire Tesson qui assume le voyage comme une fuite. Fuite de la morosité, de la laideur de certaines vies urbaines, une tentative de retrouver des émotions étouffées par l’hyper sécurité européenne, cédant à des impulsions d’immersion au cœur d’une nature qui réenchante toujours. Le mythe de la cabane en forêt est une valeur sure mais ce n’est pas très facile de trouver l’endroit idéal pendant un tour d’Atlantique en voilier. Pourtant, là, je crois que j’en ai un pas mal…

Au début, tu prends le ferry avec les copains pour aller voir l’île d’en face, Santo Antao.

Tu montes à 13 dans le Toyota Hiace, institution mécanique locale, plus connue pour sa fiabilité que pour son design subtil.

Et tu attaques bravement la montée de « l’estrada da corda », route entièrement pavée grimpant vers les sommets.

En t’attendant à ce que l’île ressemble à ça. Ce qui n’est pas faux d’ailleurs…

Et tu montes…

Encore…

Tu dis bonjour poliment au burro…

Tu traverses la petite bourgade de Ribeira Grande…

Ou ils font comme tout le monde ici la collection des Hilux…

Tu ressors de la ville en direction de Vila das pombas…(oui, prends des notes…)

Et là, tu tournes à droite dans la vallée de Paul. Ce qui n’a l’air de rien comme ça…

Mais qui ouvre la voie d’une vallée enchantée entre Afrique et Bolivie dont il ne faut pas parler à tout le monde, n’est ce pas ? on garde ça entre nous.

Là, tu commences vraiment à te demander où tu es…

Et a la terrasse du gite, on va regarder l’obscurité éteindre tout doucement la vallée en écoutant couler le ruisseau et en répétant stupidement: « putain, c’est beau ici »

Le lendemain, au réveil, tu sais quoi, c’était encore beau !

Alors, la cabane au bout du monde, si on la posait par ici ?

Alors tu pourrais croire que c’est un peu paumé et qu’on va s’ennuyer dans le coin mais pas du tout, ça grouille de vie dans chaque repli du relief.

Un p’tit café ?

Ici, dans la canne à sucre…

Tu trouves de tout…

Ton guide spirituel tu choisiras…
OK, l’équipe locale nous a battu 4 à 5 ! Et pourtant, on a tout donné mais ils ont appris à jouer collectif et sans tricher !
Hé monsieur, jure que tu vas pas la manger à Noël la biquette ?!
Il a bien fallu la quitter la vallée de Paul mais c’était un peu la mort dans l’âme.

Alors on est redescendu vers Punta do sol et le ferry du retour…

Tu vois, si après ces quelques mois éprouvants de 2020, tu as besoin d’un peu de baume au cœur, personne ne t’en voudra de céder à la tentation de l’ermite et de venir consolider l’intégrité de ton âme dans cette vallée perdue hors du monde et hors du temps… Mais n’en parle à personne surtout.

Nous, on vous laisse pour pour un petit moment avec un Atlantique à traverser très bientôt. Quelques 2300 milles de contemplation d’eau salée et de ciels étoilés à venir. On vous racontera !

2 commentaires

  1. Hervé · janvier 3

    Waouh, que dire… à part que vous êtes magnifiques et que vous nous faites VRAIMENT rêver! Continuez, c’est chouette. Bisous de bonne année.

    J'aime

  2. gwenolapierret · janvier 3

    Oh merci! Merci pour ces photos qui me rappelle tant de souvenirs de Sao antao , la vallée de Paul, ponta do sol .
    Vous ne tentez pas Rarrafal alors? Il y a pas mal de route à faire et la piste n’est pas facile à moins se la route ai avancée en 2 ans .
    Faites vous d’autres îles du Cap vert avant la transatlantique ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s