Glissades…

Il est des escales qui agitent l’âme. Nazaré en est une. Parce que ta thruster sous le bras, tu fonces sur le rivage en priant pour que tes vagues soient là, celles ou tu vas enchainer 360°, el rollo et cut back jusqu’au coucher du soleil avant de détacher tes cheveux longs et bouclés de surfeur-se invincible et de vider des bières au big waves food….

Non, je te raconte des histoires. Je suis un matelot du large, moi. La vague record de Nazaré et sa lip grondante à 27m de haut me parait être juste une manière efficace de mettre fin à ses jours. Quand l’élément salé déferle comme cela, il inspire respect et éloignement !

Ce soir, Nazaré est calme mais le coucher de soleil sur la plage abrupte te déferle quand même un peu au bord du coeur et t’oblige à une introspection sur le sens et l’usage des sillages que tu traces.

Voyager agite et repose.

Voyager est une évidence, nous sommes nomades… rester sur place épuise.

Voyager te rappelle qui tu aimes être.

Voyager construit, remue et déconstruit.

Voyager fait le tri dans tes bagages. Tu laisses le superflu sur le quai sans un regard en arrière.

Et, doucement, les vacances deviennent voyage.

A la gloire du dieu surfeur…. chacun appréciera

Allez, j’te laisse essayer de chopper le 06 des lifeguards musclé-es (comme tu veux, pas obligé hein), nous on part pour Péniche.

Chaque nouvelle étape est une promesse et, pour ma part, a chaque fois, je croise que les doigts pour que les bactéries bétonneuses qui ont sévi sur le littoral portugais se soient étouffées dans leur propre ciment. Péniche est clémente et lors d’une courte escale elle nous offre au menu sa vieille citadelle et son labyrinthe de ruelles baignées par la moiteur du soir.

– Camarade, la façade de la permanence du parti ne reflète pas du tout notre dynamisme local !

– Peu importe, nous devons renverser la dictature fasciste, ça passe avant la peinture…

– Camarade, ça fait 46 ans que la révolution des oeillets est terminée !!

– Ah, bonne nouvelle, va donc chercher des pinceaux alors…

Tu me pardonneras cette divagation politique spontanée sur la place de la cité. De toute façon, on part pour Cascais, banlieuse bourgeoise de lisbonne, loin des terres du PCP !

gestion des stocks, pièces détachées, recyclage, la rigueur du modèle d’entreprise du (d’un) pêcheur portugais…

Comme tu t’en aperçois sans doute, Cascais est une ville, belle, mais ville quand même. Je te dis pas que je n’aime pas les villes mais tu connais mon penchant pour la sauvagitude. Et Cascais garde l’entrée du Tage qui conduit à une plus grand ville encore, Lisbonne. Il va falloir que je trouve comment te raconter ça.

Nous remontons doucement le cours du Tage en compagnie de l’Iguane (ah tiens, il faudra que je t’en parle de cet équipage)

On laisse passer un peu de mauvais temps dehors, protégés par la capitale pour préparer notre petit saut vers Madère.

4 commentaires

  1. lebeaupinannie44gmailcom · octobre 4

    Beau voyage dans lequel tes mots me transportent, souvenirs dans lequel ils me plongent aussi.Bonne traversée vers Madère et continuez de nous faire oublier que l’automne est déjà là chez nous.
    Je vous embrasse tous les 5.

    Annie lsml

    J'aime

  2. samiamao · octobre 4

    Quel brio dans l’écriture… Je ne te connaissais pas ce talent. Un de plus ! On en veut encore évidemment… Bises à tous

    J'aime

  3. gwenolapierret · octobre 4

    Merci pour ce récit de voyage et magnifiques photos…je vais faire de beaux rêves.. bises à vous 5 .Gwen

    J'aime

  4. mariegrelichehotmailcom · octobre 12

    Sublime. Les photos, les mots, les paysages, les gens … tout me transporte. MERCI de ce partage !!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s